L’université déclare la guerre à Macron pour sauver la recherche publique

L’université déclare la guerre à Macron pour sauver la recherche publique

Suite à une motion votée à l’unanimité, la Coordination nationale des facs et labos en lutte, réunie les 1er et 2 février 2020 à Saint-Denis, qui a rassemblé 56 facs et 147 labos de recherche, appelle à une grève nationale illimitée à partir du 5 mars prochain dans toutes les universités.

Dans tous les secteurs d’activité, les politiques d’austérité atteignent un point de non-retour, où chaque ligne rouge franchie dans la destruction des services publics et des conquis sociaux rend plus explosive la mobilisation contre la réforme des retraites. Dans les universités, la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche semble être la réforme de trop, après les décennies de réformes qui ont tendu à marchandiser les savoirs et mettre en concurrences les chercheur.se.s et les facultés. 

L’UEC se joint tout naturellement à cet appel, continue d’œuvrer à convaincre le plus d’étudiant.e.s possible à prendre part au mouvement social, et soutient les personnels, doctorant.e.s et enseignant.e.s mobilisé.e.s. Ensemble, nous pouvons élargir le mouvement sur les campus, autour de revendications précises : la revalorisation des salaires, un investissement massif dans l’Enseignement supérieur et la recherche, et la gratuité totale des études pour tou.te.s. 

Nous sommes prêt.e.s à travailler le plus largement possible à trouver la voie, aux côtés du monde du travail, de la victoire face à Macron et l’extrême-droite. C’est cette question qui se pose de manière imminente si nous voulons être en mesure de construire un avenir de progrès social.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *