Le 5 décembre, dans la rue contre la précarité étudiante

Le 5 décembre, dans la rue contre la précarité étudiante

Le Collectif national de l’Union des étudiant.e.s communistes, réuni les 30 novembre et 1er décembre 2019 à Colonel Fabien, réaffirme l’engagement des étudiant.e.s communistes aux côtés de tou.te.s les jeunes mobilisé.e.s contre la précarité étudiante. Il décide de consacrer la majeure partie de son action, ces prochains mois, à cette mobilisation, pour qu’elle soit massivement investiepar les jeunes et les étudiant.e.s, et structurée autour de revendications claires

Si la précarité étudiante a malheureusement fait actualité ces dernières semaines, elle est le résultat de dizaines d’années sous les politiques néolibérales. Ces politiques ont profondément abîmé l’enseignement supérieur, les étudiant.e.s et la valeur des diplômes. Pourtant, avec 80% de bachelier.e.s par génération, les jeunes veulent plus que jamais étudier et réussir. Une chance, car notre société a grandement besoin de travailleur.se.s qualifié.e.s, indispensables pour sortir par le haut la crise sociale, démocratique et écologique qu’elle traverse.

Pour mettre fin à la précarité étudiante et permettre aux millions de jeunes qui le souhaitent de réussir leurs études, il existe de vraies solutions : garantir la gratuité des études pour tou.te.s en doublant le budget de l’Enseignement supérieur et de la recherche, créer un revenu pour tou.te.s les étudiant.e.s, financé par les cotisations sociales et qui reconnaisse leurs études, construire 100.000 logements étudiants à très court terme, et nationaliser le parc de logements privé.

Le premier rendez-vous des jeunes contre la précarité étudiante sera le 5 décembre, aux côté des syndicats et du monde du travail en lutte contre la réforme des retraites. L’UEC et les jeunes communistes seront de la bataille avec les étudiant.e.s, les lycéen.ne.s et les jeunes travailleur.se.s. La réforme des retraites menace notre avenir et entend détruire les liens de solidarité dans notre pays. Au contraire, revendiquons que les années d’études soient prises en compte dans les calculs de la retraite. Pour reprendre en main nos vies, mettons Macron et la droite à genoux et faisons gagner le progrès social.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *