Demander la dissolution de l’Unef est grave et indigne

Demander la dissolution de l’Unef est grave et indigne

Après plusieurs semaines d’attaques croissantes de la droite contre l’Unef, le syndicat étudiant et sa présidente Mélanie Luce sont menacés de dissolution par le député LR Eric Ciotti. Au cours d’une émission de radio, Mélanie Luce avait déclaré hier sur Europe 1 que des réunions en non-mixité peuvent s’organiser dans l’Unef, celles-ci permettant de partager des violences racistes ou sexistes subies et de réfléchir aux moyens de lutter contre elles. Christophe Castaner les a accusés, sur cette base, de «clientélisme indigéniste» et a demandé des moyens judiciaires contre le syndicat.

Ces déclarations graves de la droite confortent un climat général violemment réactionnaire, où les attaques contre les libertés démocratiques et le mouvement
anti-raciste se multiplient de manière très inquiétante. Par ailleurs, la remise en question de l’existence des syndicats étudiants autonomes, le jour de commémoration de la Commune de Paris, est indigne. Dans la période de fortes tensions que nous traversons, heureusement que nous pouvons continuer de compter sur les organisations du mouvement social.

L’Union des étudiant·e·s communistes adresse toute sa solidarité à l’Unef et à sa présidente Mélanie Luce. Étudiant·e·s, faisons front avec le mouvement social contre le racisme et l’autoritarisme. Soyons largement mobilisé·e·s le 20 mars pour infliger une défaite au camp réactionnaire et à son projet de loi de Sécurité globale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *